Moment Popcorn // Mes films du mois #2

Moment Popcorn // Mes films du mois #2

De l’humour, de l’amitié, du suspens, un peu d’amour et une pointe d’animation… je vous parle enfin de mes derniers moments popcorn (autrement dit, mes dernières sorties au cinéma). Août et septembre furent plutôt légers de ce côté, je les ai donc regroupés pour deux fois plus de plaisir (ou presque) !

L’espion qui m’a larguée


• La p’tite histoire 

Audrey et Morgan, deux trentenaires vivant à Los Angeles, se retrouvent embarquées malgré elles dans une conspiration internationale lorsque l’ex-petit ami d’Audrey débarque à son appartement poursuivie par une équipe d’assassins. Les deux jeunes femmes sont contraintes d’échapper à leurs poursuivants à travers toute l’Europe, tout en tentant de sauver le monde avec l’aide d’un agent au charme « so british ».


• Ce que j’en ai pensé •

Je mentirais si je disais que la toute première raison qui m’a poussée à aller voir ce film n’est pas Sam Heughan… Mais il y en a d’autres, puisque j’aime aussi beaucoup Mila Kunis (dans Bad Moms notamment) et les comédies américaines, divertissantes et légères à souhait ! Enfin, ça, c’est ce à quoi je m’attendais. Si l’aspect comique est bien là, j’ai trouvé ce film plus sérieux qu’il ne le laissait croire. Certaines scènes se veulent mêmes assez violentes (et un peu dégueu’), pour mon plus grand plaisir (ou pas). Un peu surprise, donc, et pas vraiment de façon très positive.

Pour l’humour, le film mise en grande partie sur les deux héroïnes, Audrey et Morgan. Le duo traverse de multiples péripéties, mêlant humour et danger. Mila Kunis (Audrey) confirme son talent humoristique, en revanche, et ce malgré des critiques élogieuses à son sujet, je reste assez sceptique vis à vis de Kate Mckinnon (Morgan). Je l’ai simplement trouvé lourde, too much, pas vraiment drôle la plupart du temps.

On ne s’attend généralement pas à des scènes d’action incroyables lorsqu’il s’agit d’un film comique / d’espionnage. Et pourtant ! C’est là où le long-métrage m’a agréablement surprise. Le film mise sur des chorégraphies des plus surprenantes et très crédibles. Sam Heughan, présent dans la plupart d’entre elles, m’a sincèrement époustouflé (comme à son habitude). Un point très positif donc pour le film.

Le pitch n’a, en revanche, rien d’exceptionnel. Beaucoup d’éléments sont prévisibles au possible et, si ce n’est pas si dérangeant pour ce type de film, encore faut-il que le reste soit au top.

Un peu déçue donc, mais certainement pas à cause de mon chouchou Sam Heughan que j’ai adoré découvrir sur grand écran dans ce rôle. L’espion qui m’a larguée n’est certainement pas le film de l’année mais il se laisse regarder et devrait tout de même ravir les amateurs du genre.

Silent Voice


• La p’tite histoire 

Shoya Ishida vit en combattant l’ennui par les jeux les plus insensés qui lui viennent à l’esprit. Un jour, Shoko Nishimiya rejoint sa classe d’école primaire et essaie de s’y faire une place, mais cette dernière est atteinte de surdité et va causer quelques soucis à ses camarades, ce qui va permettre au jeune Shoya de s’occuper en profitant des faiblesses de celle-ci. Mais tout cet amusement se retournera contre lui. Une fois lycéen, Shoya, qui décide de revoir une dernière fois Shoko pour s’excuser, va finalement se rapprocher d’elle à travers la langue des signes.


• Ce que j’en ai pensé •

Silent Voice est l’adaptation du manga éponyme, publié en 7 tomes entre 2015 et 2016. Sorti en septembre 2016, le film a finalement trouvé sa place dans nos salles obscures il y a quelques mois. L’occasion, donc, de découvrir cette histoire singulière, où des thématiques fortes s’entremêlent. Le harcèlement scolaire, le handicap, l’acceptation de soi, le rejet social et le suicide, sont autant de sujets qui la composent, sans niaiserie, clichés ni facilités. Certaines scènes sont assez difficiles à regarder, à supporter, je pense notamment aux brimades que subit quotidiennement Shoko Nishimiya, cette jeune fille sourde qui tente désespérément de s’intégrer et de communiquer avec ses camarades de classe. On ne cherche pas à minimiser, à romancer ces scènes, ce qui rend le tout d’autant plus prenant.

Mais contrairement à ce l’on pourrait croire, nous ne découvrons pas l’histoire de son point de vue, mais de celui de Shoya, son bully. Après de multiples humiliations, elle finit par quitter l’école et c’est finalement ce dernier qui se retrouve rejeté par ses camarades. Suivre l’histoire de Shoya est d’autant plus intéressant que cela nous permet de le comprendre et d’avancer avec lui sur la voie de la rédemption. Rongé par le remord et la culpabilité, plein de mépris envers lui-même, on le retrouve quelques années plus tard en lycéen totalement isolé, qui ne semble pas trouver sa place dans ce monde, ni à réussir à s’affranchir de son passé. Shoko et Shoya se ressemblent beaucoup, chacun ayant le sentiment d’être une gêne pour ceux qui les entourent, trop différents pour s’intégrer, et tous deux tentant d’en finir à un moment. La relation qu’ils tissent au fur et à mesure est donc d’autant plus bénéfique qu’elle leur permet d’aller de l’avant ensemble.

J’ai pris plaisir à suivre ces deux personnages, très humains et touchants, dans leur découverte de l’amitié, de l’amour, mais d’eux-mêmes également. Dans leur difficulté à exprimer leurs sentiments, à se faire comprendre des autres, handicap ou non, ils nous rappellent qu’avant de pouvoir s’ouvrir aux autres, il faut d’abord apprendre à s’aimer, à se pardonner soi-même des erreurs que l’on peut commettre. Plus encore, que, bien que l’on ne puisse changer totalement, on peut évoluer et apprendre.

Malgré quelques longueurs, je reste conquise par cette belle histoire, pleine de profondeur, surprenante et émouvante. La dernière scène tout particulièrement m’a beaucoup touché… mais il faudra la voir pour savoir ce dont je parle !

L’ombre d’Emily


• La (très) p’tite histoire 

Stéphanie cherche à découvrir la vérité sur la soudaine disparition de sa meilleure amie Emily..


• Ce que j’en ai pensé •

J’avais hâte de découvrir ce film après l’incroyable promo qu’il y a eu autour, sur le compte instagram de Blake Lively notamment. Le casting est canon et le pitch promettait un film palpitant dans un semblant de Gone Girl. D’emblée, nous découvrons une bande originale très frenchie, passant de Gainsbourg à Orelsan, mais aussi une scénographie que j’ai particulièrement apprécié. Anna Kendrick, dans le rôle de Stéphanie, apparaît très vite comme le stéréotype de la mère au foyer et même un peu potiche. Blake Lively, qui campe le rôle central d’Emily, fait quant à elle une entrée des plus remarquables sur un ralenti qui souligne sa classe et sa sensualité à toutes épreuves. Les deux personnages sont donc aux antipodes, l’une un peu naïve et prévisible, l’autre une véritable reine de glace, indomptable et cash. Le duo porte merveilleusement le film, éclipsant même le reste du casting dont l’intérêt est honnêtement bien moindre.

En véritable thriller/comédie, L’Ombre d’Emily dégage une ambiance toute particulière mêlant intrigue et imprévus mais aussi beaucoup d’humour, largement servi par les répliques désopilantes et cyniques de Blake Lively. Cette dernière nous offre d’ailleurs une prestation grandiose, plus bad ass que jamais. Anna Kendrick fait également son petit effet puisque, bien que j’adore l’actrice, son personnage m’a franchement agacé. Bien plus fourbe qu’elle ne le laisse paraître, je pense même que Stéphanie a un sérieux problème psychologique.

Si quelques éléments prévisibles ne font pas trop de mal au film, des incohérences m’ont davantage fait tiquer. Malheureusement, la fin atteint le summum de l’incohérence et fait retomber le film comme un soufflé. Les dernières minutes dévoilent des twists à la pelle qui décrédibilisent et gâchent ce film qui aurait pourtant pu être une vraie réussite. Il n’en reste pas moins un bon divertissement que j’ai pris plaisir à savourer, ne serait-ce que pour Blake Lively.

& vous, quel est le dernier film que vous avez vu au cinéma ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivre:

3 Commentaires

  1. 26 octobre 2018 / 18:49

    Et bien ceux sont trois films que je vais attendre qu’ils sortent en streaming pour les regarder ^ ^ Tes avis pour les deux films confirment l’opinion que je me faisais en voyant les bandes annonces et toute la promo autour…..
    Par contre Silent Voice m’intéresse bien ! Je n’en ai pas du tout entendu parler donc j’irais sûrement le voir s’il passe encore au cinéma ! 🙂

    Bonne soirée

  2. Anne-Sophie
    26 octobre 2018 / 08:38

    A silent voice ma viiiiiie j’ai dévoré le manga je savais pas qu’ils l’avaient adapté!!! Déjà dans le manga les scènes de harcèlement étaient dures mais bon ce n’etait que 2-3 pages à tourner en quelques secondes alors en film je pense que ça devait être vraiment chaud!! Faudra se refaire des sorties pour que tu puisses sortir des articles et me divertir pendant mon trajet pour aller en cours haha 😉

    • MessyMood
      Auteur
      26 octobre 2018 / 14:06

      Je ne connaissais pas du tout avant d’entendre parler de sa sortie au ciné ! Contente d’avoir pu le découvrir du coup ! Je lirais les mangas à l’occasion. 🙂
      Mais quand tu veux on se fait des sorties ma Anne-So ! ♡

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *