J’ai lu … Forbidden de Tabitha Suzuma

Soyez prévenus, Forbidden est un roman au sujet tabou, dérangeant : l’inceste entre un frère et une soeur. En réalité, il est bien plus que cela. J’ai longtemps hésité à vous écrire cet article, ayant peur de ne pas lui rendre justice. Mais, comment pourrais-je ne pas vous parler de ce livre qui m’a tant bouleversé ?

J’avais beaucoup entendu parler de Forbidden, de cette histoire d’amour non conventionnelle, immorale, tragique. Je me considère comme quelqu’un d’ouvert d’esprit, pourtant, j’avoue avoir initialement été freinée par le thème abordé, mais plus encore par la tristesse que risquait de me provoquer la lecture de ce livre (après Avant toi et La dernière lettre de son amant, honnêtement, je voulais un peu de répit émotionnel !). Finalement, je me suis lancée.

« Forbidden un roman d’amour qui vous hantera longtemps. » J’étais loin d’imaginer à quel point.


« Je refuse de laisser le monde extérieur nous condamner et détruire le plus beau jour de ma vie. Celui où j’ai embrassé le garçon qui hantait mes rêves depuis toujours. Sommes-nous condamnés à nous dissimuler derrière des portes closes et des rideaux tirés ? »

Il ne reste plus grand-chose de la famille Whiteley. Le père a refait sa vie à l’autre bout du monde, la mère essaie d’en faire autant. Elle dépense plus d’argent chaque mois en alcool et en fringues qu’en pension alimentaire pour ses cinq enfants. Dans la débâcle, les deux aînés, Maya et Lochan, seize et dix-sept ans, décident de prendre les choses en main. En effet, si les services sociaux s’en mêlent, ils seront séparés, placés dans des foyers aux quatre coins du pays. Luttant ensemble pour maintenir leur famille unie, ils partagent les mêmes joies et les mêmes peines. Mais peuvent-ils vraiment s’avouer ce qu’ils ressentent l’un pour l’autre ?

 


Mon Avis

Avant toute chose, si vous êtes à la recherche d’un happy end, passez votre chemin. Le thème abordé ne le permet tout simplement pas. Si vous pensez y découvrir un cliché de romance où l’inceste est banalisé, détrompez-vous, ce n’est absolument pas le cas.

En ouvrant ce roman au sujet si polémique, je pense qu’inconsciemment on espère y trouver des explications, des « excuses » aux personnages, qui rendraient leur histoire plus « acceptable ». Il faut savoir que l’auteure prends le temps de mettre les choses en place. Elle ne nous balance pas à la figure, dès la première page, un couple transi d’amour. Non. On nous développe longuement le contexte en nous immergeant dans le quotidien de cette fratrie, à laquelle on s’attache, et de ces deux adolescents, pour mieux les comprendre.

Très rapidement, on appréhende les conditions déplorables dans lesquelles vivent cette fratrie. Leur père les a abandonné, leur génitrice est, elle, totalement démissionnaire de son rôle de mère. C’est donc Lochan et Maya qui endossent, malgré eux, le rôle de parents pour Kit (13 ans), Tiffin (8 ans) et Willa (5 ans), terrifiés à l’idée d’être séparés par les Services Sociaux. J’ai particulièrement été touchée par le personnage de Lochan. Il a énormément de pression sur ses épaules, mais veut et « doit » être fort pour sa famille. Il est extrêmement fragile et sensible, si écorché vif et pourtant si courageux face à la situation. Bien qu’il soit très bon élève, il doit aussi gérer sa phobie sociale qui le paralyse dans ses rapports aux autres et l’isole.

« Même si je me fissure de l’intérieur, tout, autour de moi, demeure intact, solide et réel, ce qui me donne l’espoir qu’un jour peut-être moi aussi je me sentirai de nouveau vivant. »

Heureusement, il peut compter sur Maya. Devant elle, sa carapace se brise enfin. Elle est son pilier, il est le sien. On apprends très vite qu’ils ne se sont simplement jamais considéré comme frère et soeur, certainement dû à l’environnement familial chaotique qu’ils subissent ensemble. Ils sont un binôme, des meilleurs amis, des âmes soeurs. Si on conçoit peu à peu le contexte dans lequel les sentiments amoureux qui les unissent ont pu se développer, il faut savoir que Maya et Lochan ont pleinement conscience que c’est « contre-nature ». C’est d’ailleurs pour cela qu’ils vont longuement lutter, sans y parvenir.  Si les moments qu’ils passent ensemble les rendent plus heureux que n’importe quels autres, malheureusement, leur histoire les entraîne dans une douloureuse descente aux enfers.

« Je ne vois aucun autre amour qui provoque une telle levée de boucliers, et pourtant il est si profond, passionné, attentionné et puissant que si l’on nous forçait à nous séparer, nous en concevrions une douleur inimaginable. »

À mesure que je tournais les pages, leur amour m’apparaissait comme une évidence. J’ai sincèrement fini par occulter le fait qu’ils étaient frère et soeur, car après avoir découvert leur vie, je ne voulais que leur bonheur. J’avais tellement envie de les réconforter, de leur dire que tout irait bien. Je savais que l’histoire avait une fin tragique, mais je me suis surprise à espérer avec eux. J’aurais voulu que la vie soit plus tendre avec eux, qu’ils parviennent simplement à être heureux. Mais ce n’est pas le cas.

La dernière partie du roman s’accélère très vite. Je crois que j’ai cessé de respirer à un moment tant j’étais à la fois terrifiée et captivée. Le dénouement est sans doute ce qui fait la force du roman mais il m’a arraché le coeur.

En bref (ou presque) …

Forbidden est un roman qui ne vous laissera pas insensible. Je ne pourrais décrire toute la palette d’émotions que j’ai ressenti en le lisant. De l’inquiétude, de l’incompréhension, de la colère, de l’espoir et, finalement, une infinie tristesse. Il fait partie de ces romans qui laissent une empreinte indélébile à votre coeur, qui vous marquent à tout jamais.

Je félicite l’auteure, Tabitha Suzuma, pour son talent à manier les mots, qui m’a permit de ressentir et comprendre pleinement les émotions et la psychologie de ses personnages (la narration à deux voix est un excellent choix). Elle a su traiter un sujet pourtant bien difficile et à élever bon nombre de questions en moi. Je me suis notamment demandé comment l’amour pouvait être un crime. Ce sentiment est si incontrôlable et peut être si puissant. Je ne pense pas qu’elle ait cherché à normaliser l’inceste. Le côté « illégal » est très appuyé dans le roman et torture constamment nos héros. Mais peut être a t-elle voulu montrer les choses sous un nouvel angle, car tout n’est jamais tout blanc ou tout noir.

Peut-être aussi a t-elle voulu mettre en lumière les complexités que peuvent engendrer un environnement parental aussi défaillant.  Et si leurs parents avaient assumé leurs rôles, des sentiments amoureux se seraient-ils quand même développés ? J’ai ressenti une grande injustice quant au destin de Lochie et Maya car, finalement, la vraie coupable dans l’histoire c’est leur mère mais, malheureusement, elle ne sera jamais inquiétée.

Forbidden peut déranger, choquer, troubler et ne doit donc pas être laissé entre n’importe quelles mains. Pour les plus curieux d’entre vous, je vous invite simplement à ouvrir pleinement votre esprit, à laisser de côté les jugements trop faciles et les à priori. Laissez-vous emporter dans l’univers de Maya et Lochie et vous y découvrirez que l’amour n’a pas de barrières. Il peut s’affranchir de tout, même des conventions et de la morale.

 

Vous avez lu Forbidden ?

Quelle est votre dernière lecture ?

 

EnregistrerEnregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 Commentaires

  1. Sissouyayo
    8 novembre 2017 / 12:41

    Tu as très bien écris ton article, ça me donne envie de le découvrir 😉

    • MessyMood
      8 novembre 2017 / 15:15

      Merci toi ! Tu me diras si tu le lis ! Ton avis m’intéresse. 🙂

  2. Marie
    3 novembre 2017 / 11:24

    Je l’ai lu il y a un an en VO et tout ce que tu dis là est juste ! J’ai été complètement troublée par cette histoire. J’ai même eu du mal à commencer un autre livre après ça.

    • MessyMood
      6 novembre 2017 / 23:30

      Exactement pareil pour moi ! Je viens d’en commencer un autre mais, je sais pas, j’arrive pas à me plonger réellement dedans. Je vais attendre encore un peu je pense. 🙂 Merci pour ton petit mot !

    • MessyMood
      2 novembre 2017 / 11:33

      J’espère qu’il te plaira autant qu’à moi ! N’hésite pas à revenir par ici me dire ce que tu en penses quand tu l’auras lu. 🙂

  3. 29 octobre 2017 / 15:31

    Ton article est très bien écrit et tu as eu raison de parler de ce livre. C’est souvent difficile de mettre des mots sur ce que l’on a ressentie. J’ai bien sûr entendu parler de ce livre plus d’une fois et les avis étaient assez similaire au tien. J’avoue avoir très envie de le découvrir à mon tour mais je vais attendre la bonne période 🙂

    • MessyMood
      2 novembre 2017 / 11:35

      Merci beaucoup Manue ! J’ai essayé de faire au mieux en tout cas. 🙂 J’espère que tu n’en seras pas déçue et j’ai déjà hâte de découvrir ce que tu en penses !
      Des bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *